Féminisme et décroissance, pour une convergence des socialités

N'est-ce pas en redonnant priorité à la sphère de la reproduction sociale sur celle de la production économique (bref, en remettant l'économie à sa place) que féministes et décroissants peuvent voir dans l'objectif d’une vie sociale libérée des fables de l’individualisme de quoi fournir une réponse à la question essentielle pour toute vie humainement vécue : qu’est-ce qu’une vie bonne ? […]

Lire la suite…

La perspective d’une valeur intrinsèque de la nature

Aux origines de l’éthique environnementale, par Richard Sylvan Routley, PUF, 2019 (conférence de septembre 1973) Dès qu’il s’agit de « nature » – qu’il s’agisse de la définir ou d’en déterminer la valeur – il semble plus facile de se reposer dans une attitude négative de déconstruction de nos préjugés occidentaux que de proposer des attitudes plus constructives. C’est pourtant ce que tentait Richard Routley – […]

Lire la suite…

La double dynamique vertueuse du Commun

Que le Commun apparaisse comme le cadre commun à l'intérieur duquel les libertés vont pouvoir s'exercer semble un premier acquis pour les décroissants. Mais que le (principe du) Commun ne soit pas seulement la base de la vie sociale mais un objectif politique – celui de la Volonté générale – semble plus difficile à reconnaître, et pourtant là est le "socialisme" des décroissants. […]

Lire la suite…


Pas de philosophie politique sans lectures