J’ai lu : Où atterrir ? Comment s’orienter en politique, de Bruno Latour

Au premier âge de la décroissance, il faut freiner le train et l’arrêter en gare. Au deuxième âge, le train a dépassé la gare, il faut le stopper et repartir dans l’autre sens. Dans le troisième âge, le train a à ce point dépassé la gare que, le temps de le rattraper et de revenir en arrière, la gare a disparu. Dans le quatrième, nous sommes la zone sur laquelle il y a eu une gare, des rails, un train.

J’ai lu : Le monde quantique et la conscience, d’Henry P. Stapp

Ne faudrait-il pas opposer aux « objets galiléens » des « objets quantiques » ? Nous sortirions à la fois et de la neutralisation de la nature (qui en fait un stock de ressources abondantes et gratuites) et du piège de l’anthropomorphisation antihumaniste de la nature (qui est une contradiction).
La nature reste ainsi un « tout » dont nous faisons partie sans pour autant nous expulser du cadre. Les humains peuvent alors être non pas ceux qui défendent le cadre mais le cadre qui se défend, non pas au nom d’une réalité vivante mais au nom d’une réalité psychophysique.

Plus c’est immédiat, moins il y a des intermédiaires

Une transition, pour être une transition doit être une sorte d’intermédiaire entre le dé-but et le but (le point de fuite) : et, sans affirmation claire (fondée et désirable) d’une perspective, il n’y a plus en réalité qu’un intermédiaire tronqué, un intermédiaire qui, faute de perspective, se contente de prétendre faire « autrement »… immédiatement.

J’ai lu : Petite introduction aux valeurs de la décroissance

Cela fait un bien fou de relier la décroissance à des auteurs comme Épicure, Spinoza, Rousseau, Sartre et même, de façon moins attendue mais quand il s’agit de réfléchir aux valeurs cela se justifie, Nietzsche et Jankélévitch.

N’est-ce pas sur le terrain philosophique des « valeurs » (des évaluations et des normes), que doit commencer l’émancipation (culturelle) des imaginaires colonisés par la croissance ?