Auteur/autrice : Michel Lepesant

Du bon usage de la contrefactualité

La réalité n’est pas plus unique que la pensée : parce que la réalité n’est pas seulement constituée de « faits », la réalité n’est pas seulement « factuelle », elle peut être contrefactuelle, et c’est, entre autres, l’affaire de la volonté.

En accordant de la considération à la contrefactualité, la décroissance peut espérer une extension de son domaine de cohérence.

Continuer la lecture

Éloge de l’indivision sociale des activités

La sortie du monde de la croissance devra rompre avec cette logique sociocidaire de division sans frein du travail pour passer tout au contraire à une indivision sociale des activités. De la division à l’indivision, du travail à l’activité, d’une société encastrée dans l’économie à une société qui remet l’économie « à sa place ».

Continuer la lecture

Lire : Le pire n’est pas certain, de Catherine et Raphaël Larrère

En faisant de la catastrophe un principe méthodologique d’action, Jean-Pierre Dupuy faisait de cet avenir catastrophique un avenir dont on ne veut pas. C’est précisément cette question de la volonté qui est évacuée par la collapsologie : il n’y aurait pas d’autres alternatives que l’effondrement.

Continuer la lecture

Féminisme et décroissance, pour une convergence des socialités

N’est-ce pas en redonnant priorité à la sphère de la reproduction sociale sur celle de la production économique (bref, en remettant l’économie à sa place) que féministes et décroissants peuvent voir dans l’objectif d’une vie sociale libérée des fables de l’individualisme de quoi fournir une réponse à la question essentielle pour toute vie humainement vécue : qu’est-ce qu’une vie bonne ?

Continuer la lecture

La perspective d’une valeur intrinsèque de la nature

Aux origines de l’éthique environnementale, par Richard Sylvan Routley, PUF, 2019 (conférence de septembre 1973) Dès qu’il s’agit de « nature » – qu’il s’agisse de la définir ou d’en déterminer la valeur – il semble plus facile de se reposer dans une attitude négative de déconstruction de nos préjugés occidentaux que de

Continuer la lecture

La double dynamique vertueuse du Commun

Que le Commun apparaisse comme le cadre commun à l’intérieur duquel les libertés vont pouvoir s’exercer semble un premier acquis pour les décroissants. Mais que le (principe du) Commun ne soit pas seulement la base de la vie sociale mais un objectif politique – celui de la Volonté générale – semble plus difficile à reconnaître, et pourtant là est le « socialisme » des décroissants.

Continuer la lecture

Peut-on être féministe sans être anticapitaliste, donc décroissant ?

Pour être féministe, donc anticapitaliste, donc décroissant, il faut être socialiste. Pourquoi ? Parce que féminisme et décroissance poursuivent le même objectif : la reproduction de la vie sociale, c’est-à-dire la priorité accordée à la vie sociale sur la vie individuelle.

Continuer la lecture