La notion d’espace écologique, une force politique

annecyVersion complétée de mon intervention du vendredi 24 juin à Annecy (74), invité par les Amis de la Terre pour réfléchir et discuter ensemble de cette notion d’espace écologique, et pour répondre à la question : « La position des sociétés soutenables : utopie ou alternative ? »

En mars 2011, les Amis de la terre prenaient Position pour des sociétés soutenables. Lire la suite

J’ai lu : Sortons de l’âge des fossiles, de Maxime Combes

fossiles_combesBien sûr, parce que je suis un partisan de la décroissance, je pourrais croire que toutes mes lectures subissent le biais de cet engagement. Mais je ne le crois pas. Pourquoi commencer par un tel auto-scepticisme ? Parce que la lecture du livre de Maxime Combes – Sortons de l’âge des fossiles, Anthropocène Seuil, 2015 – m’a beaucoup intéressé et tout autant déçu, voire irrité.

1- Il m’a intéressé parce qu’il repose sur une proposition incontournable : si nous voulons sortir de l’âge des fossiles, le « seul scénario [qui] est acceptable et enviable » (page 29) passe par un moratoire qui porte sur l’extraction des énergies fossiles mais aussi sur tous ces projets qui « doivent désormais être vus comme les vestiges d’une économie fossile qu’il faut apprendre à dépasser » (page 28) : nouvelles centrales électriques, aéroports, oléoducs, usine de liquéfaction et de regazéification. Lire la suite

Décroissance de l’argent, monnaies de la décroissance

Ce texte est la version retravaillée de mon intervention du vendredi 24 mai à l’institut Momentum.

logo_momentum

Par quel paradoxe ou provocation les décroissants défendent-ils les projets de monnaie locale complémentaire (MLC) comme l’une des alternatives concrètes les plus prometteuses pour une transformation sociale, écologique et démocratique ? Car le monde dont ils veulent sortir n’est-il pas le monde de la « banalisation de l’argent » ?

Pour répondre à ces deux questions, nous courrons deux lièvres à la fois : 1/ Décrire les principaux mécanismes d’une MLC (convertibilité, reconversion, critères éthiques, relocalisation, bassin de vie, crédit solidaire, fonte, usages du fonds de réserve, complémentarité avec d’autres outils de la finance solidaire…) en les répartissant dans ce que nous allons appeler « les trois âges d’une MLC ». 2/ S’interroger sur l’intérêt politique de tels projets pour la décroissance définie comme « trajet d’une société de croissance à des sociétés d’a-croissance ».

Lire la suite

Politique(s) de la décroissance

Politique(s) de la décroissance

politiquesCet essai est paru mi-juin 2013 ; je tiens à remercier les éditions Utopia. En cliquant sur ce lien, vous pouvez en lire les premières pages.

LE MOUVEMENT DE LA DÉCROISSANCE se doit d’entrer dans une nouvelle phase. Il ne suffit plus de dénoncer l’impasse de la croissance, d’annoncer la catastrophe qui vient, de prophétiser tel ou tel effondrement.

Entre le rejet du monde d’hier et le projet de celui de demain, c’est d’un trajet dont nous avons besoin, pour ici et maintenant. Mais est-ce suffisant de définir la décroissance comme un trajet ? Lire la suite

Décroissant, plutôt qu’objecteur de croissance

Décroissant, plutôt qu’objecteur de croissance

« Décroissant » et « objecteur de croissance » ont-ils la même signification, est-ce que ce sont des termes interchangeables ? Je ne le crois pas.

Groupuscules que nous sommes, nous ne nous sommes peut-être même pas mis d’accord sur le nom propre qui nous serait commun. Pire qu’un simple oubli ou une négligence (trop pris que nous serions dans le Faire de nos expérimentations sociales et écologiques, nous en aurions oublié de régler cette question du Dire et de l’Apparaître), cette appellation est source de discussions, de disputes, de refus catégoriques.

Mais « les mots sont importants », surtout quand il va s’agir de s’appeler les uns les autres (… comment je m’appelle, c’est d’abord comment les autres m’appellent, comment ils vont faire appel à moi.). Alors est-il possible en répondant à quelques critiques de savoir si nous sommes pour l’objection de croissance (OC), pour la décroissance, pour la désaccoutumance à la croissance, ou pour une autre croissance ? Lire la suite

Projet ascendant et descendant : le cas d’une monnaie locale

Projet ascendant et descendant : le cas d’une monnaie locale

Le point de départ de ces réflexions est la demande, qui m’avait été faite pour les 4èmes rencontres des porteurs de projet de monnaies locales complémentaires (MLC) qui ont eu lieu à Villeneuve sur Lot en octobre 2011, d’animer une discussion sur les motivations des porteurs de projet, avec pour perspective la distinction entre projets « ascendant » (bottom-up) et « descendant » (top-down). Cette discussion me semble déterminante pour la prise de conscience qui doit accompagner nos types de projets qui sont des « expérimentations sociales », autrement dit des explorations qui ne rejettent nullement les considérations théoriques ou idéologiques mais qui préfèrent tirer des leçons à partir des pratiques, par une méthode des essais et des erreurs, par des tâtonnements. Cette prise de conscience, j’écris qu’elle doit « accompagner » plutôt que « précéder », et il y a là toute une pédagogie mise en pratique : c’est le Faire qui doit plutôt alimenter le Dire et le Comprendre.

Lire la suite

A quoi sert une monnaie locale complémentaire ?

De quelle utilité parlons-nous ? De l’utilité sociale quand elle ne se réduit pas au seul intérêt économique. Ce qui ne veut pas dire : pas d’intérêt économique du tout ((Une MLC est convertible en euros, sur la base de : 1 € = 1 unité de MLC. C’est cette convertibilité qui fait qu’une monnaie est « complémentaire » et non pas « alternative ». Tout difficulté fiscale est ainsi résolue.)) ; mais juste l’intérêt économique remis à sa juste place  ((Michel Lepesant, Mesurer les réussites, réussir la Mesure, MaisOùComment, 2011, http://monnaie-locale-romans.org/2011/02/reussir-mesure/)), qui n’est ni première ni centrale.

Lire la suite

Décroissance : le temps des mesures

Décroissance : le temps des mesures

Prendre des mesures

Le temps n’est-il pas venu, après celui de « la décroissance générale », temps indispensable pour les audaces de la « décolonisation de l’imaginaire » et du « mot-obus », de passer au temps des « mesures de la décroissance » : proposer sans attendre des mesures de transition, pas de quoi faire un programme ((Projet et programme : http://confluences.ma-ra.org/?p=482)) mais quand même de quoi décrire des conditions réalistes pour, au fur et à mesure et dans la mesure de ce qu’il est possible de Faire, commencer par la décroissance. Si la décroissance n’est pas un but, c’est tout simplement parce qu’elle n’est qu’un commencement.

Lire la suite

Masse critique et suffisance

Au coeur de la pratique politique du Mouvement des objecteurs de croissance (le MOC), se trouve la notion de « masse critique ». Dans cette manière de Penser et Faire la transition, sont en jeu : les expérimentations sociales, les alternatives concrètes, les rapports avec les autres partis/mouvements de la gauche anti-productiviste et anti-capitaliste, avec les décroissants, avec les mouvements sociaux. Cette expression ne doit pas être une « formule magique » et certaines confusions doivent être rapidement levées ((On l’a vu récemment avec les analyses confuses de certains sur les retraites, avec les procès d’intention contre le MOC, avec les ambiguïtés portées par certains groupuscules décroissants dans nos rapports aux élections, aux militants, aux « vrais gens »…)) : surtout ne pas réduire cette « masse critique » à une accumulation comptable de « vrais gens » dépolitisés !

  1. La masse critique, c’est qui ?
  2. La masse critique, c’est combien ?
  3. La masse critique, c’est comment ?
  4. La masse critique, c’est quand ? C’est « sans attendre, sans illusion ».

Lire la suite

Analyse de la pratique / Synthèse de la pratique

De retour de Besançon où j’ai pu intervenir à la suite du film In Transition : from oil dependency to local resilience, (http://www.vimeo.com/16000409) , je voudrais revenir sur trois points abordés dans le débat qui a suivi la projection.

  1. Y a-t-il des villes en transition en France ? La réponse est oui. On peut trouver des informations sur deux sites. L’équivalent francophone de http://www.transitionnetwork.org/ est http://www.villesentransition.net/. Et il y a aussi un site français : http://www.transitionfrance.fr/.
  2. Quant à la façon dont la décroissance « fait » de la politique : les nécessaires cohérences entre le fond (l’objection de croissance) et la forme (le rapport au pouvoir, tant en interne qu’en externe). J’y ai défendu la nécessité d’un « moment libertaire » dans l’organisation politique de la décroissance. Lire la suite