La décroissance : un nouveau projet politique

L’un des aspects le plus attrayant de ce livre est sa finition bâclée ; bien peu d’efforts de mise en forme – jusqu’à des copiés-collés – mais, au fond, on s’en moque car le contenu est vraiment à la hauteur.

Que de points d’accord ; à chaque page, presque à chaque phrase, lire ce qu’on a envie de lire à propos de la décroissance. Comment cela fait-il ? Parce que sans arrêt, Paul Ariès fait voyager le lecteur sur la crête de la critique et des problèmes posés dans les termes les plus offensants, « offensants comme l’est le malheur et comme le sont tous les bons raisonnements ».
Un point – non pas de désaccord – mais de discussion néanmoins : la question des rapports de la décroissance aux institutions. On peut lire à ce sujet l’intéressante critique de Décroissance ou Barbarie par Clément Homs.

Lire la suite