La décence et le tabou

Car votre dignité dépend désormais de moi et il m’appartient de mettre en acte ce potentiel à travers notre rencontre.

Ivan IIllich, La corruption du meilleur engendre le pire – Actes Sud, 2007.

Lu dans Raffles et Miss Blandish de G. Orwell (octobre 1944)

  • Ces histoires appartiennent à une époque où les gens avaient des principes, même si ces principes étaient ridicules. La formule qui les résume, c’est : « Cela ne se fait pas. » La ligne de démarcation qu’elles tracent entre le bien et le mal est aussi absurde qu’un tabou polynésien, mais comme le tabou, elle a cet avantage d’être acceptée par tous.
  • L’affection, l’amitié, la bienveillance ou même la simple politesse.
  • Les gens ordinaires vivent toujours dans un monde de bien absolu et de mal absolu, monde dont les intellectuels se sont depuis longtemps détachés.