La notion d’espace écologique, une force politique

annecyVersion complétée de mon intervention du vendredi 24 juin à Annecy (74), invité par les Amis de la Terre pour réfléchir et discuter ensemble de cette notion d’espace écologique, et pour répondre à la question : « La position des sociétés soutenables : utopie ou alternative ? »

En mars 2011, les Amis de la terre prenaient Position pour des sociétés soutenables. Lire la suite

De l’antiproductivisme à la construction d’un espace écologique commun

Intervention en août 2013 à Notre Dame des Landes.

Définition de l’espace écologique : penser et agir entre un plancher et un plafond. Sur le modèle de l’empreinte écologique :

  • Sous un plafond, une vie décente n’est plus possible et c’est la misère (manque du nécessaire).
  • Au-delà d’un plancher, c’est le dépassement insoutenable de la capacité de charge écologique de notre planète.

Lire la suite

Politique(s) de la décroissance

Politique(s) de la décroissance

politiquesCet essai est paru mi-juin 2013 ; je tiens à remercier les éditions Utopia. En cliquant sur ce lien, vous pouvez en lire les premières pages.

LE MOUVEMENT DE LA DÉCROISSANCE se doit d’entrer dans une nouvelle phase. Il ne suffit plus de dénoncer l’impasse de la croissance, d’annoncer la catastrophe qui vient, de prophétiser tel ou tel effondrement.

Entre le rejet du monde d’hier et le projet de celui de demain, c’est d’un trajet dont nous avons besoin, pour ici et maintenant. Mais est-ce suffisant de définir la décroissance comme un trajet ? Lire la suite

Pour un espace écologique des revenus

[Article paru dans le numéro 3 des Zindigné(e)s, aux éditions Golias, en kiosque et par abonnement]

En raison d’une vision plutôt buissonnante de l’histoire (et plus du tout linéaire) les objecteurs de croissance (OC) font de la politique en s’engageant dans des expérimentations sociales et écologiques minoritaires (en cela, ils héritent du socialisme utopique). Ne croyant plus qu’une prise préalable des pouvoirs institutionnels permettrait de changer le monde, les objecteurs de croyance manifestent leur visibilité plus dans un travail idéologique de projet que dans l’élaboration d’un programme. Cela ne les empêche pas néanmoins de commencer à envisager quelques mesures concrètes, des propositions programmatiques, de « belles revendications » : Lire la suite

Arrêter les nucléaires

Arrêter les nucléaires

Nagasaki, 9 août 1945

La question du nucléaire est une entrée pour une remise en cause générale du monde actuel et de ses modes d’oppression ((Irène Pereira, Les grammaires de la contestation, chap.10, Paris, 2010.)) (domination politique, exploitation économique et discrimination culturelle) ; car le nucléaire est un « monde ». Pourquoi l’arrêter ?

De la réponse à cette question va dépendre directement le « comment ? » et surtout la question cruciale « quand ? ». C’est pour en discuter sans esquive que nous devrons définir 4 verrous à lever pour réellement ouvrir le débat :

Lire la suite

Les limites de la connaissance scientifique

Il importe tout d’abord d’admettre que la question – la connaissance scientifique a-t-elle des limites ? – n’est guère compréhensible en raison des ambiguïtés qui portent sur chacun des termes significatifs qui la composent.

  1. Qu’est-ce qu’une connaissance ? Sous-entendu, si toute connaissance est la connaissance d’une vérité, que faut-il entendre par vérité ?
  2. Qu’est-ce qu’une science ? Poser cette question revient-il à se demander ce qu’est la science ?
  3. Enfin qu’est-ce qu’une limite ?

Lire la suite