Destin des monnaies locales complémentaires

Je présente ici une série de réponses à une série de questions posées par une journaliste du quotidien Le Monde en vue d’un article sur les monnaies locales. j’ai tenté de replacer ces projets de monnaie locale au sein d’une trajectoire plus vaste qui est celle, depuis le 19ème siècle, des « alternatives concrètes ». C’est dans cette dimension « alternative » des monnaies « complémentaires que réside selon moi l’explication de la vague récente d’engouement, la cause de leur actuel échec relatif (« ça ne prend pas ») passé l’enthousiasme des commencements, mais aussi la piste pour ne pas désespérer de ce type de résistance par le « Pour » et le « Avec ». Lire la suite

Prendre les difficultés avec (la) Mesure, I

Je publie ici ma contribution inédite à la 3ème édition du livre de Philippe Derudder, Monnaies locales complémentaires & citoyennes. C’est à la fois, pour moi, un bilan de l’expérience de la Mesure, mais aussi du réseau des MLCC, mais aussi des alternatives concrètes. J’avais présenté l’an dernier ce texte lors d’une conférence à Paris, à l’issue de laquelle j’ai déjà publié quelques réponses à une série de questions : Mesurer les difficultés, et ensuite, II.

Dans la nature, les êtres vivants naissent, s’épanouissent et finissent par mourir tout en fournissant par la même occasion les matériaux pour contribuer à la naissance des futurs vivants. Il ne s’agit pas en faisant cette remarque de prétendre qu’une organisation sociale doit prendre pour modèle une telle histoire organique mais il s’agit quand même de rappeler que tous nos projets humains s’inscrivent toujours à l’intérieur d’un cadre naturel englobant. Il s’agit surtout – et n’est-ce pas là le propre de l’humain – de ne pas se contenter d’enregistrer un tel flux des générations mais d’oser prendre humainement le recul nécessaire pour que la volonté puisse accompagner les nécessités naturelles.

Lire la suite

Mesurer les difficultés, et ensuite, II

Je poursuis ici mes réflexions pour répondre le plus explicitement possible à une question qui m’a été posée à la fin du débat qui a suivi mon intervention parisienne du 1er avril : Voilà le texte écrit de mon intervention. Voici la question : « Maintenant que nous comprenons bien l’impasse de la facilitation technique ainsi que les fables individualistes qui nourrissent nos alternatives de transition, que nous reste-t-il pour espérer ? ». Ma réponse vaut directement pour les monnaies locales, mais j’ose espérer qu’elle peut s’étendre aussi à nos « alternatives concrètes ».

Comme je suis de plus en plus convaincu qu’une grande part de notre responsabilité dans nos échecs répétés pour sortir du capitalisme tient à notre manque de radicalité dans le travail des idées, je commence par deux réponses (plutôt) philosophiques : Lire la suite

Les monnaies libres : ni libres, ni monnaies

Quelles valeurs mettre au centre du monde victorieux de l’hyper-libéralisme ? Economiquement, c’est évidemment l’argent, l’argent sans limites, l’argent pour l’argent, l’argent comme équi-valent « neutre » de la marchandisation généralisée. Idéologiquement, c’est la liberté comme « méta-valeur » qui dispense chacun de se penser au sein d’une vie commune puisque une telle liberté se réduit au « droit naturel de chacun à vivre comme il l’entend »[1]. Faut-il alors s’étonner de voir apparaître une proposition de « monnaie libre »,  fût-elle enrobée des meilleures intentions comme d’être « un outil convivial pour refonder une économie à visage humain »[2] ?

Lire la suite

La question de la technique et les MLC

Contribution à la 12ème rencontre nationale des MLC (monnaie locale complémentaire) qui a eu lieu au Pellerin (44) les 21 et 22 novembre 2015.

Eléments pour une réflexion commune sur la technique

Au moment où le réseau des MLC affirme sa dimension citoyenne, pour que « la réappropriation citoyenne des usages de la monnaies » ne se dessèche pas en slogan il semble opportun d’accorder une attention particulière au rapport à la technique[1].

C’est d’abord une question de cohérence entre le but (qui est indiqué par les « valeurs » mises en avant dans le Manifeste) et les moyens. Surtout faire attention que la forme ne l’emporte pas sur le fond, ne pas donner priorité aux outils sur les objectifs. Lire la suite

MLC : où peuvent-elles aller ?

jecoVoici, mis en ordre, quelques points que j’avais prévu de développer lors de ces Jéco sur le thème des « entreprises du 3e type » (le vendredi 14 novembre, au Centre culturel Saint-Marc, à Lyon).

Dans un premier temps, présentation d’une MLC. Dans un second temps, une question plus générale : Economie circulaire, alternative, collaborative, sociale, solidaire… De quoi parle-t-on ? Lire la suite

L’urgence de ralentir sur Arte → La Mesure

Aux quatre coins de la planète des citoyens refusent de se soumettre aux diktats de l’urgence et de l’immédiateté, pour redonner sens au temps. En Europe, aux États-Unis, en Amérique Latine ou encore en Inde, Philippe Borrel est allé à la découverte d’initiatives, individuelles et collectives, qui proposent des alternatives basées sur d’autres paradigmes.

Décroissance de l’argent, monnaies de la décroissance

Ce texte est la version retravaillée de mon intervention du vendredi 24 mai à l’institut Momentum.

logo_momentum

Par quel paradoxe ou provocation les décroissants défendent-ils les projets de monnaie locale complémentaire (MLC) comme l’une des alternatives concrètes les plus prometteuses pour une transformation sociale, écologique et démocratique ? Car le monde dont ils veulent sortir n’est-il pas le monde de la « banalisation de l’argent » ?

Pour répondre à ces deux questions, nous courrons deux lièvres à la fois : 1/ Décrire les principaux mécanismes d’une MLC (convertibilité, reconversion, critères éthiques, relocalisation, bassin de vie, crédit solidaire, fonte, usages du fonds de réserve, complémentarité avec d’autres outils de la finance solidaire…) en les répartissant dans ce que nous allons appeler « les trois âges d’une MLC ». 2/ S’interroger sur l’intérêt politique de tels projets pour la décroissance définie comme « trajet d’une société de croissance à des sociétés d’a-croissance ».

Lire la suite

Un revenu pour exister

La dernière livraison de la revue Mouvements est entièrement consacrée à la question d’un revenu pour exister (et non pas « un revenu parce que l’on existe »).

J’y publie deux contributions, l’une sur revenu inconditionnel (RI) et revenu maximum acceptable, l’autre sur RI et monnaie locale complémentaire (MLC).

Lire la suite