Extension du domaine de la haine

Voici une version longue de mon intervention le samedi 28 février à Fontaine (38), au 4ème Forum de la désobéissance

Les riches des beaux-quartiers ont toujours détesté la pauvreté et méprisé les pauvres. Dans un livre récent, le sociologue Nicolas Jounin remarque que leur attitude « oscille entre deux pôles. Elle prend plutôt l’aspect d’une bienveillance paternaliste (à l’occasion raciste) lorsque les membres de ces groupes sociaux occupent une position définie (et subalterne). Elle se mue en hostilité craintive quand les mêmes viennent pour leurs propres affaires ; elle conduit alors à stigmatiser la « faune » »[1].

Mais les nouveaux enrichis d’aujourd’hui ne se contentent plus de cette morgue traditionnelle et semblent changer de registre : ils passent du mépris des pauvres à la haine des appauvris. Lire la suite